Quand la startup belge ListMinut s’installe au pays des Vikings

La Holding Grundarfjordur Invest a confirmé le rachat de la startup ListMinut à l’occasion d’une conférence de presse à Bruxelles ce samedi. Par facilité, ListMinut change aussi de nom et devient EyjafjallajökullMinut.

Je t’aime à l’islandaise

Fondée en 2013, la célèbre plateforme d’économie collaborative pour les petits services semble avoir fait battre le cœur de la “terre de glace”. Si ce rachat n’était pas attendu, le moins que l’on puisse dire est qu’il réserve sans doute de belles surprises.

“EyjafjallajökullMinut a un réel avenir en Islande” explique Bjorn Bergemson, CEO de la Holding Grundarfjordur Invest. “Nous ouvrions dans les deux mois, les catégories “Pêche en haute mer” et “Irrigation de geysers”, ce sont des services très recherchés chez nous mais impossible d’avoir un indépendant qui se déplace pour si peu de nos jours”. Une catégorie a également le vent en poupe chez nos voisins nordiques : le babysitting ! En effet, une forte augmentation des naissances a été enregistrée depuis l’Euro de football réussi des « Strákarnir okkar » (“nos garçons” en français).

A prendre pour hareng comptant

Autre nouveauté, le paiement se fera désormais en kilos de harengs fumés. “C’est un pari risqué, mais nous sommes persuadés que le public belge va s’adapter facilement à ce nouveau mode de paiement qui est en plein boom en Islande” déclare tout sourire Jonathan Schockaert, co-fondateur & CEO de la plateforme.

Un partenariat aurait d’ailleurs été trouvé avec le groupe Verbist, en pleine reconversion depuis le récent scandale de la viande avariée, pour injecter plus de 2 millions de tonnes de hareng fumé sur le marché belge avant la fin de l’exercice 2018.

Nous ne manquerons pas de suivre cette affaire de près et de vous tenir informé !

Réaliser les décorations de Noël avec vos enfants

Les fêtes de Noël arrivent : quoi de mieux que de préparer tout ça en famille ? Créer une déco de noël unique, passer du temps ensemble, à petit prix, bien au chaud et avec amour. Voici trois DIY (Do It Yourself) pour décorer votre salon et votre sapin à l’ambiance chaleureuse de noël.  DIY amusants et chouettes à réaliser pour tous les âges.

🎄Vous n’avez pas encore votre sapin ? Commandez-le sur notre site Listminut à partir de 50€ car « Noël sans sapin de Noël, ce n’est pas Noël » (Commandez votre sapin ou infos en fin d’article)🎄


Une mini forêt de sapin, vous êtes partant ?

« Oh sapin, mon beau sapin »

Créer vos propres petits sapins en famille.

Une décoration originale assurée et à petit prix.

Ce qu’il vous faut pour 4 petits sapins :

  • 4 feuilles blanches cartonnées
  • 8 feuilles de papier de différentes teintes de vert.
  • Des ciseaux
  • De la colle
  • Du papier-collant

À votre tour :

  • Faites un grand rond avec le compas sur une feuille blanche, découpez-le par la suite. Assemblez-le pour faire un cône à l’aide du papier-collant.
  • Découpez des petits ronds/ formes avec le papier vert. Ajoutez les formes avec une touche de colle sur les cônes.

Et voilà le tour est joué ! 🤗

Pomme de pin de noël : une décoration unique !

« Mon sapin, c’est le plus beau ! »

Décorez vous-même votre beau sapin. Un DIY qui va en surprendre plus d’un ! Avec les enfants, la magie opère ! 🎄✂️

Ce qu’il vous faut :

  • Des pommes de pin sèches (une dizaine)
  • De la colle forte
  • Un paquet de petit pompons multicolores
  • De la ficelle
  • Des ciseaux

À votre tour :

  • Assemblez la pomme de pin (à l’envers) et la ficelle en créant une boucle (comme sur la photo) à l’aide de la colle forte.
  • Collez par la suite les pompons de couleurs sur la pomme de pin.

La guirlande « faite-maison »

« Parce qu’il faut toujours une guirlande de plus »

Du rouge, du blanc, du marron : les couleurs de Noël ! Superbe et naturelle guirlande de pomme de pin à mettre sur votre sapin, sur une commode ou un meuble.🎅🏽

Ce qu’il vous faut :

  • 10-15 pommes de pin bien sèches
  • Du fil à laine rouge épais
  • De la peinture blanche
  • Une assiette en carton
  • Des ciseaux

À votre tour :

  • Trempez les pommes de pins dans la peinture blanche, dans l’assiette en carton. (Attendez que ça sèche).
  • Découpez 1-2 mètre(s) de laine (en fonction de la longueur souhaitée)
  • Enroulez tous les 20cm une pomme de pins

En voilà une superbe guirlande !✨

N’oubliez pas : vous pouvez commander votre sapin sur notre site !

ListMinut vous livre votre sapin de Noël à partir de 50€, prêt à être décoré et avec une garantie « satisfait ou échangé » ! 🎄

En plus : 5€ est reversé pour le Télévie. ❤️

👉🏼Pour plus d’info c’est par ici : Commandez votre sapin 

Nous vous souhaitons une bonne décoration en famille et de passer de bons moments ensemble !

🎅🏽 Joyeux noël ! 🎅🏽

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Votre raccordement électrique est-il sans danger ?

Un mauvais raccordement électrique peut être à l’origine d’un incendie, effrayant non ? Mais comment savoir si votre installation électrique est sans danger ? Cette question on se l’est tous posée et elle reste assez mystérieuse quand on n’est pas un électricien professionnel. Cet article est écrit pour vous aider à y répondre !

Généralités

Quand vous emménagez dans votre nouvelle maison, une des premières choses à faire est de se raccorder à un réseau d’électricité, il vous faut une attestation d’un organisme de contrôle reconnu tels que APRAGAZ, ATECON, BELOR ou encore VINCOTTE.

Commençons par la base de l’électricité : la couleur des fils ! En effet, cela va vous aider à y voir plus clair dans cet ensemble flou et généralement méconnu. Repérer vos différents fils électriques grâce au code couleur vous permettra de mieux comprendre votre installation :

  • Les fils noirs, marron ou rouges : conducteurs électriques de phase (conducteurs par lesquels le courant arrive) ;
  • Les fils bleus ou bleu clair : conducteurs électriques neutres (conducteurs par lesquels le courant part) ;
  • Les fils verts ou jaunes : conducteurs électriques de protection (fils électrique reliant l’installation à la terre).

Chaque prise doit donc posséder trois conducteurs électriques : un de phase, un neutre et un de protection.

Caractéristiques d’une installation électrique sécurisée

Toutes les installations électriques doivent être sécurisées pour éviter au maximum les risques. Par exemple, une installation électrique non sécurisée peut être à l’origine d’un incendie. Voici les impératifs d’une installation électrique sécurisée, il faut :

  • Faciliter l’accès à l’appareil général de commande et de protection: communément appelé « boîtier électrique », il doit être facilement accessible en toute situation (c’est-à-dire à moins d’1m80 de hauteur, ne pas être verrouillé, ni sous un point d’eau ou au dessus des plaques de cuisson) ;
  • S’assurer de la protection contre les surintensités : les disjoncteurs et coupe-circuits à fusible protègent les câbles électriques contre les échauffements anormaux dus aux surcharges (lorsque la quantité de courant est trop importante) ou court-circuits ;
  • Protéger le matériel électrique des locaux contenant une baignoire ou une douche : le matériel électrique installé à moins d’un mètre du point d’eau doit satisfaire certains critères d’étanchéité ;
  • Remplacer les matériels électriques présentant des risques de contact direct : ce sont tous les matériels électriques comportant des parties sous tension, nues et accessibles. Le matériel vétuste ou cassé doit être remplacé pour garantir votre sécurité ;
  • Sécuriser les conducteurs non protégés mécaniquement : les conducteurs doivent être placés dans des câbles, conduits, goulottes ou plinthes jusqu’à leur pénétration dans l’appareillage, boîte de connexion, tableaux électriques et matériels d’utilisation.

Si pour vous, changer une ampoule relève déjà d’un exploit, alors n’hésitez pas à chercher de l’aide pour vos problèmes d’électricité plus sérieux. N’hésitez pas à faire appel à un professionnel ou un particulier prêt à vous aider, vous pouvez les trouver en quelques clics sur internet !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Comment entretenir son jardin en hiver ? 

En hiver, la nature se repose, le jardin blanchit mais le jardinier trime encore ! Il ne faut pas délaisser son jardin durant les mois de décembre, janvier et février, au risque de ne plus le reconnaître au printemps ! Il faut donc veiller à l’entretien de son jardin pendant l’hiver et nous vous expliquons comment.

Entretenir son jardin en vue de l’hiver

L’hiver peut mettre en danger vos plantes, votre pelouse, vos arbres et votre potager. Il faut donc préparer son jardin à l’hiver.

L’entretien de la pelouse

Pour retrouver une belle pelouse au printemps, il est conseillé de la désherber et de la tondre à environ 5 cm de hauteur. Pour un jardinage écologique et respectueux de l’environnement, vous pouvez enlever les mauvaises herbes avec un désherbant naturel !

L’entretien du potager

L’arrivée de l’hiver est l’occasion d’organiser et de planifier vos plantations de la saison suivante. Mais il faut aussi penser à récolter vos légumes et à prendre soin de ceux qui ne supporteront pas l’arrivée du froid.

Commencez par enlever les semences de plus de 2 ans et par arracher les végétaux morts. Aérez ensuite le sol en bêchant et incorporez le compost (trois pelles par mètre carré environ). Enfin, protégez votre potager de l’hiver.

Protéger votre jardin

Le froid peut sérieusement abîmer votre jardin. Il faut donc protéger certaines plantes fragiles et sensibles au gel (les rosiers par exemple) pour limiter l’évaporation d’eau tout en permettant à vos plantes d’accéder à la lumière.
Il y a plusieurs techniques pour protéger vos plantes :

  • Les rentrer si elles sont en pot ;
  • Le paillage: déposer aux pieds de vos plantes et massifs des matériaux organiques et des minéraux (déchets verts du jardin et graviers par exemple);
  • Le buttage : créer une petite butte en ramenant la terre entre vos plantations à leur pied ;
  • Le voile hivernal : ce voile se dépose sur vos plantes, c’est une protection efficace contre le froid ;
  • Le tunnel plastique : très adapté aux vergers et potagers : à disposer aux pieds de vos plantes ;
  • Mettre des pots retournés sur vos jeunes pousses (à enlever dès que les premières feuilles pointent le bout de leur nez).

L’entretien du jardin pendant l’hiver

Certaines tâches d’entretien doivent, elles, être réalisées pendant l’hiver, notamment :

  • Tailler vos arbres fruitiers, votre lierre et vos haies. Le froid chasse la sève des branches, ainsi, votre taille sera plus efficace pendant l’hiver ;
  • Stopper l’apport d’engrais pendant l’hiver : les bourgeons ne résisteront pas au froid ;
  • mousser votre pelouse en hiver ;
  • Ôter la neige des branches pour qu’elles ne cèdent pas sous le poids ;
  • Planter des végétaux à floraison hivernale (rose de Noël, houx, bruyère, gui, buis,…etc.).

Si vous avez besoin de plus de conseils ou simplement d’un jardinier ou d’un paysagiste, voici un réseau de prestataires de confiance. Vous choisissez entre pros et particuliers dans votre voisinage, fixez le prix, la date en quelques clics et c’est parti !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Combien payer une baby-sitter ?

La question de la rémunération des nounous à domicile peut s’avérer délicate. Comment choisir entre payer un tarif global pour tout le babysitting et payer à l’heure les babysitters ? Et si on veut plus qu’un simple baby sitting ? On vous répond à ces questions qu’on n’ose poser qu’à Google !

Tarif baby sitter

Il y a plusieurs façons de payer son ou sa babysitter. Cela dépend notamment du type de garde, à savoir : est-ce une garde récurrente ou occasionnelle ? Si la garde est occasionnelle, vous pouvez convenir d’un forfait. En revanche, il est préférable de payer à l’heure les gardes récurrentes.

Tarif global

Fixer un tarif global peut s’avérer pratique pour un babysitting occasionnel : vous êtes sûr qu’il rentre dans votre budget et qu’il convient à votre baby sitter ! D’une pierre, deux coups !

Voilà différents tarifs globaux pour les baby sittings :

  • Tarif baby sitting week-end (de samedi matin à dimanche après-midi) : 150 € ;
  • Tarif baby sitting demi-journée (environ 3 heures) : 15-20 € ;
  • Tarif baby sitting journée (environ 6 heures) : 30-40 € ;
  • Tarif baby sitting soirée (environ 3 heures) : 20-25 € ;
  • Tarif baby sitting nuit (soirée, nuit et petit déjeuner sur place): 50-70 €.

Tarif à l’heure

Fixer un prix horaire peut être plus évident pour ceux qui n’ont pas un emploi du temps fixe et bien défini. Cela permet une bonne entente entre le baby sitter et les parents : aucun quiproquo n’est possible ! Le tarif horaire d’un baby sitting en Belgique se situe entre 6 et 8 €.

Type de baby sitting et variation de prix

Les prix ci-dessus sont indicatifs. Ils prennent en compte une garde pour un enfant. Selon le nombre d’enfants à garder, leur âge, les tâches à effectuer et la période de l’année, ce prix varie.

Par exemple, si vous voulez demander en plus à la nounou de cuisiner, de nettoyer la maison, de lancer une lessive ou de ranger, ce n’est plus le même service ! De même, s’il faut accompagner l’enfant quelque part, lui faire faire ses devoirs ou promener le chien, ce sera différent et le salaire sera alors adapté au travail à effectuer.

La rémunération diffère également selon la période de l’année et plus particulièrement selon le jour du baby sitting. Par exemple, pour le réveillon ou la Saint Valentin, le tarif horaire des baby sittings monte à 10€, celui de la soirée (incluant la soirée, la nuit sur place et le petit déjeuner avec les enfants) varie lui entre 70 et 90€.

N’oubliez pas de vous mettre d’accord à propos du retour de votre baby sitteur : est-ce que son retour sera à votre charge ? La même question se pose pour les repas.
Que vous recherchiez un babysitting « simple » ou à combiner garde d’enfant avec un ou plusieurs autres services (devoirs, cours, cuisine, nettoyage, couture, promenade chien…etc.), des réseaux en ligne de particuliers et de professionnels s’adaptent de mieux en mieux à vos besoins !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Quelles sont les qualités d’un bon menuisier ?

La menuiserie est un milieu professionnel très exigeant. Le menuisier est un artisan qui travaille principalement le bois, comme un ébéniste ou un charpentier. De l’esquisse jusqu’à la finition de la pièce, le travail de menuisier passe par la création, la fabrication, la rénovation et va jusqu’à l’entretien et l’élaboration des pièces !

Les qualités du menuisier idéal

La menuiserie est un travail physique et intellectuel qui demande de nombreuses qualités ! Si le menuisier travaille en atelier, de nombreuses tâches lui sont attribuées. Si au contraire il travaille pour une entreprise, il sera spécialisé comme menuisier fabricant, agenceur ou poseur.

Résistance physique et mentale

Le travail de menuisier est très physique. Il demande de travailler debout, de soulever de lourdes charges, de se tenir dans des positions inconfortables… Il est important d’être passionné par ce métier pour l’exercer !
Sur le plan mental, le menuisier doit aussi être résistant : s’il sait quand il commence un chantier, il sait rarement quand il le finit !

Précision, attention et habilité

Quelques degrés de moins et votre escalier s’effondre, un centimètre de trop et votre porte ne ferme plus,… Le métier de menuisier demande rigueur et précision : la moindre erreur peut engendrer un énorme gâchis ! L’habilité est aussi de mise, surtout quand vous manipulez des scies capables de découper du bois massif en quelques secondes…

Talent artistique : imagination, créativité et adaptabilité

Puisque le menuisier crée de toute pièce les objets, les meubles ou l’aménagement d’une pièce, l’imagination et la créativité lui sont plus que nécessaires ! Mais le menuisier doit aussi s’adapter aux désirs de ses clients et aux possibilités offertes par leur budget.

Qualités intellectuelles : sens de l’organisation et de la représentation géométrique

Imaginez-vous évaluer la date où votre escalier sera posé avant même de l’avoir dessiné ! Être menuisier demande donc beaucoup d’organisation afin de respecter ses délais. De plus, il demande un vrai sens de la représentation géométrique qui permet au menuisier de projeter ses créations dans une pièce … qui parfois n’existe pas encore !

Les connaissances d’un bon menuisier

Un bon menuisier doit :

  • Savoir lire des plans industriels ;
  • Savoir utiliser des outils informatiques ;
  • Connaître ses matériaux de travail ;
  • Avoir des connaissances techniques dans l’isolation, l’insonorisation, l’étanchéité, la maçonnerie, la serrurerie, l’électricité, l’architecture et les normes de sécurité.

Trouver un menuisier talentueux et doué de ces qualités n’est pas toujours une tâche facile ! Triés et sélectionnés en fonction de l’expérience de ceux qui les ont déjà engagé et de leur sérieux, vous pouvez accéder à un réseau de particuliers spécialisés dans la menuiserie, œuvrant à proximité de chez vous et à petit prix.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Nettoyage de gouttière : en quoi est-ce important ?

Loin des yeux… Loin du cœur ! Les chéneaux ou gouttières ne sont pas toujours facilement accessibles et pourtant, ils demandent un entretien régulier.

Quand nettoyer ses gouttières ?

L’idéal est de nettoyer ses gouttières deux fois par an, à l’automne et au printemps. À l’automne, les feuilles tombent et risquent de boucher vos gouttières, voire même de les abîmer à cause de leur poids ! Le printemps suit l’hiver et ses intempéries, prédatrices de vos chéneaux et de leur bonne santé.

Comment les nettoyer ?

Quelques conseils…

Un bon nettoyage de gouttière requiert quelques précautions et de plusieurs étapes !

Attention à ne pas appuyer votre échelle contre la gouttière et à vous placer loin de toute installation électrique. Il est aussi conseillé d’éloigner de quelques mètres la base de votre échelle du mur pour éviter toute chute en arrière et de la faire dépasser de votre toit afin que vous puissiez aisément accéder à votre gouttière.

  1. Commencez par enlever et jeter tout ce qui peut boucher votre gouttière;
  2. Testez le bon écoulement de l’eau dans vos tuyaux d’évacuation ;
  3. Bouchez vos tuyaux et remplissez-les d’eau : cela vous permettra de vérifier que votre gouttière ne fuit pas;
  4. Vérifiez l’état de la fixation des différents éléments de votre gouttière et leur emboitement.

Et quelques outils :

Il existe un matériel adapté au nettoyage des gouttières vendu en magasin de bricolage. L’usage de gants et d’un jet d’eau est recommandé dans tous les cas.

Certains outils vous permettront de fixer votre échelle ou d’y accrocher un bac pour vos outils et les détritus. Les brosses cylindriques vous permettront de nettoyer l’intérieur de vos chéneaux. D’autres outils spécifiques à cette tâche vous permettront de la réaliser depuis le sol grâce à des rallonges. Certains accessoires existent pour empêcher les déchets d’envahir vos gouttières.

Les conséquences possibles d’un entretien irrégulier

Sans ce nettoyage fréquent, l’humidité et les odeurs peuvent s’installer, l’étanchéité peut diminuer jusqu’à vous forcer à remplacer votre gouttière ou à y effectuer des réparations souvent coûteuses, voire même faire face à des dégradations de votre toiture et de vos murs…

Les chéneaux recueillent les eaux de pluie pour les évacuer. Ils ne doivent donc pas être obstrués, fissurés ou mal raccordés. L’entretien de vos gouttières est aussi l’occasion de vérifier leur état.

Trouvez un pro des gouttières dans votre voisinage !

Qu’il s’agisse de le faire à votre place ou de vous donner un coup de main, il est préférable de faire appel à une tierce personne qui pourra (au moins) tenir votre échelle ! Certains professionnels proposent des services sur mesure puisque c’est vous qui choisissez l’heure, la date, le lieu et le prix du nettoyage en fonction de votre demande. Par exemple, il vous est possible d’accéder à un réseau de particuliers proposant ce type de service dans leur commune et dans leurs environs.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Senior et informatique : des affinités de plus en plus poussées

Des mots écrits en tout petit, en trop petit… Des dizaines d’applications et de fonctionnalités… Des centaines de touches… Des millions de combinaisons… Des milliards d’adresses de messagerie… Si l’informatique est instinctif pour les plus jeunes, c’est souvent une autre paire de manches pour les personnes plus âgés !

L’informatique, un mystère pour les seniors ?

Nombreux pensent les mots seniors et informatique incompatibles. Et pourtant, les tendances d’aujourd’hui tendent à démontrer le contraire : cours d’informatique pour seniors ou pour débutants, interfaces et ordinateurs adaptés aux seniors, site de rencontres spécialisés,… etc. Même un des pionniers d’Internet s’est fait avoir ! Leonard Kleinrock s’est fait surprendre par sa grand-mère : « Je n’aurais jamais imaginé que ma grand-mère de 99 ans passerait son temps sur Internet comme elle l’a fait jusqu’à sa mort ». Les possibilités d’utilisation d’Internet par les seniors se développent à vitesse grand V. On a même donné un nom aux seniors utilisateurs d’Internet : les « silver surfers ».

Réduire la « fracture numérique » (c’est-à-dire l’écart d’utilisation des outils numériques entre les plus jeunes et les plus âgés) est devenu un objectif européen ! Objectif que la Belgique surveille de près : selon le baromètre de la société de l’information de 2016 (publié par le Service Public Fédéral Economie), presque la moitié des 65-74 ans n’avait jamais utilisé Internet en 2013. Trois ans plus tard, ces non-utilisateurs ne représentent plus qu’un tiers de la population entre 65 et 74 ans !

Bien que la fracture numérique se réduise continuellement, l’informatique reste parfois un mystère pour les seniors. Malgré leur volonté de maîtriser ces outils quasiment incontournables, certaines questions subsistent pour les seniors : comment savoir quoi apprendre (sans avoir idée de l’étendue des possibilités qu’offre Internet) et à qui faire confiance ?

Que puis-je apprendre durant un cours d’informatique pour senior ?

Apprendre à se servir d’un ordinateur n’est pas synonyme de tout savoir faire dessus ! La technologie d’aujourd’hui offre un éventail d’actions presque infini. Qu’il s’agisse de la façon d’écrire sur un clavier ou des recherches Internet, l’utilisation de l’informatique par les seniors diffère un peu des tendances des plus jeunes.

Quels sont les principaux points que les seniors 3.0 veulent-ils maîtriser ?

  • Créer une adresse mail et la consulter
  • Regarder la météo et planifier des voyages
  • Utiliser les services publics et bancaires en ligne
  • Lire le journal gratuitement en ligne ou écouter ses musiques préférées
  • Utiliser les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Instagram pour retrouver des amis d’enfance ou communiquer plus facilement avec sa famille
  • S’inscrire sur un site de rencontres
  • Synchroniser ses appareils
  • Imprimer, télécharger les photos de sa famille et les transférer
  • Créer son site ou blog !

De quelques minutes à plusieurs heures, l’apprentissage est long et il est parfois frustrant de voir avec quelle facilité certains apprennent quand d’autres rament pendant des heures. Il est donc très important de choisir quoi apprendre et de trouver un cours d’informatique adapté que l’on soit débutant ou connaisseur.

Trouver un cours d’informatique adapté à son niveau et à ses objectifs

L’offre de cours d’informatique sur Internet est large mais ne permet pas toujours de choisir les objectifs de son apprentissage. Elle fournit peu d’informations sur les professeurs et peut parfois sembler assez restreinte en terme d’horaires et de lieux. Cependant, certaines plateformes web semblent pallier à ces problèmes avec un peu d’innovation et beaucoup de malice, laissant plus libres les amateurs d’informatique !

Par exemple, il est possible d’accéder à des cours d’informatique donnés par des professeurs de métiers ou des passionnés. Le choix du professeur, de la localisation, de la rémunération et de la date du rendez-vous vous appartient et vous être libres de modéliser vos cours en fonction de votre budget et du temps dont vous disposez. De plus, vous pouvez y demander des formations comme des initiations à l’informatique.

Parce que la  fracture numérique se réduit aussi sur ListMinut, à vos souris !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

5 conseils pour un excellent entretien du linge

Rien de pire que d’abimer un nouveau vêtement lors de son premier passage en machine.  Entretenir ses habits n’est pas une chose facile et les conseils diffèrent d’une personne à l’autre : « Moi, je lave tout à l’envers » ; « une tache de vin ? Mets du sel ! Tu verras ça marche ! » ; … Mais, qui écouter pour ne pas se tromper ? Voici quelques conseils simples et universels pour un bon entretien du linge.

1. Trier le linge

La clé d’un linge en bon état et pour longtemps, c’est le tri.  Différents aspects sont à prendre en compte pour cela, à savoir :

  • Le tissu : chaque matière est différente et mérite un soin particulier. On ne lavera pas une chemise en soie de la même façon qu’un pull en laine.
  • La couleur : trier les couleurs est primordial pour un bon entretien du linge.
  • Le degré de saleté : un vêtement très sale doit être lavé rapidement, par exemple, afin d’éviter que la tache ne sèche trop et imprègne fortement le tissu.
  • La température de lavage : pour cela, un conseil, lisez les labels d’entretiens. Ces étiquettes sont fiables et en respectant les conseils donnés, vous ne risquez rien.
  • Les poches : pensez à vider toutes les poches de vos vêtements. Quelle horreur, d’ouvrir sa machine et de découvrir qu’on a oublié un mouchoir ou pire, un Bic dans un vêtement.  Cette étape, certes redondante, est pourtant indispensable.

2. Utiliser correctement sa machine à laver

Une fois le tri réalisé, vous pouvez commencer à remplir votre machine.  Ici encore, différentes consignes sont à garder en tête pour un bon entretien des vêtements :

  • Remplir votre machine : ne la remplissez pas trop. Si la machine est trop remplie, les vêtements ne savent pas bouger et ne seront donc pas lavés de façon optimale.
  • Sélectionner sa lessive et son dosage : si votre machine est correctement remplie, il est inutile de mettre une grande quantité de lessive.
  • Choisir le programme : ici encore, respectez les instructions des étiquettes, c’est le meilleur conseil.

3. Prendre soin des couleurs

Un pantalon noir qui devient gris, une robe blanche jaunie, un pull rouge qui rose tout le reste de notre lessive… ces situations sont connues de la plupart d’entre nous.  Premièrement, pensez à les trier au mieux, surtout le rouge et le noir. Ces couleurs déteignent plus que les autres et peuvent faire de beaux dégâts sur le reste de vos vêtements. Enfin, pour entretenir vos habits blancs et les garder plus blancs que blanc, ne les faites pas sécher dehors ; en effet, le soleil a tendance à jaunir la fibre petit à petit.

4. Garder des beaux boutons

Vos belles pièces ont un bouton particulier ou une attache fragile ? Alors, pensez à protéger tout ce qui peut casser en machine. Une solution simple et efficace est l’aluminium.  Enveloppez vos boutons, boucles et autres attaches avec de l’aluminium pour éviter que cela se cogne dans la machine et se casse.

5. Repasser

Comment repasser une chemise correctement ? Et ma robe en soie ? Le repassage est rarement la partie la plus appréciée de l’entretien de ses vêtements, pourtant, quelques gestes simples pourront déjà vous faciliter la tâche :

  • Étendre le linge : en le sortant de la machine. Grâce à ça, la plus grosse partie du travail sera déjà faite. Ne laissez surtout pas votre linge sécher en boule : en plus de sentir mauvais, il sera d’autant plus difficile à défroisser !
  • Sécher correctement le linge: il sera plus difficile de repasser un vêtement trop sec par exemple. Si vous utilisez un sèche-linge, sélectionnez le programme adéquat pour le repassage.

Vous cherchez une aide ménagère compétente pour vous aider à repasser votre linge ? N’hésitez pas à introduire votre demande sur notre site et nous vous mettrons en relation avec des prestataires efficaces.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Bien préparer son déménagement en 6 étapes

Après différentes visites vous avez enfin trouvé la maison ou l’appartement de vos rêves et vous êtes ravi(e) ! Maintenant, place à l’organisation pour que votre déménagement se passe dans les meilleures conditions possibles.  Effectivement, souvent synonyme de tension et de stress, un déménagement bien organisé peut pourtant être rapide, efficace et peu couteux.  Voici une checklist de déménagement en 6 étapes pour vous guider dans ce challenge.

1. Créer votre rétroplanning

Un déménagement réussi et pas cher, commence par une bonne organisation.  Quelques semaines avant de quitter votre appartement pour votre nouveau « chez vous », il est utile de créer un rétroplanning des semaines précédant votre déménagement. Il est important de se donner différentes échéances pour avancer petit à petit et ne pas devoir tout faire en dernière minute.  Les principaux éléments à lister sont : la date du déménagement (pour éviter des coûts supplémentaires, évitez les vacances scolaires ainsi que les weekends), les devis des déménageurs, la sélection des déménageurs, le changement d’adresse,…

2. Contacter des déménageurs ou des amis

Une fois la date du déménagement sélectionnée, la première question à se poser est : avec qui déménager ? Différentes possibilités s’offrent à vous :

  • Contacter des amis : Pas toujours le plus efficace, se faire aider par des amis ou par sa famille reste une alternative économique pour un déménagement. Veillez à sélectionner des personnes motivées et sur qui vous pourrez compter tout au long de la journée.
  • Contacter des habitués du déménagement : Parfois nous cherchons seulement quelques paires de bras pour porter nos caisses, parfois c’est la camionnette ou le camion de déménagement qui manque. Peu importe ce dont vous avez besoin, des déménageurs sont équipés pour vous aider.  Demandez différents devis afin de sélectionner le rapport qualité/prix le plus intéressant pour vous aider lors de votre déménagement.

3. Trier vos affaires

Qui dit déménagement, dit rangement.  En effet, c’est le moment de faire le grand nettoyage dans vos affaires.  Que ce soit dans vos vêtements ou dans vos papiers : triez, jetez, donnez et vendez ce qui ne vous sert plus.  Prenez vous y à temps car, se replonger dans de vieux souvenirs peut être chronophage.

4. Faire un repérage de votre nouveau chez vous

Quelques jours avant de charger le camion, rendez-vous sur place pour repérer les lieux. Regardez attentivement les différents espaces afin que tout rentre facilement le jour même.  En cas de doute, il est encore temps de louer un lift ou de trouver une solution à ce petit contretemps.

5. Remplir  vos cartons de déménagement

Une semaine avant le grand jour, il est temps de commencer les cartons.  Pour cela, soyez méthodique.  Pensez à répartir le poids dans les caisses mais aussi à protéger les objets plus fragiles. Afin de mieux vous y retrouver en déchargeant le camion, utilisez un code couleur sur chaque carton pour le placer directement dans la bonne pièce.

6. L’organisation du jour J

Pour déménager sereinement, planifiez votre journée.  Soyez prêt avant l’arrivée des déménageurs ou de vos amis et chargez le camion de manière réfléchie : d’abord les meubles et les gros appareils électroménagers, ensuite les objets encombrants et enfin les caisses. Une fois sur place, videz le camion en déposant les objets dans la pièce adéquate.  Guidez vos équipes pour ne pas devoir recommencer le travail. Enfin, pensez à prévoir des boissons rafraichissantes et des collations en suffisance pour toute la journée.

Vous cherchez un déménageur compétent pour vous aider lors de votre déménagement ? N’hésitez pas à introduire votre demande sur notre site et nous vous mettrons en relation avec des prestataires efficaces.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch