Pourquoi les massages nous détendent-ils autant ?

Massage thaï, californien, massage shiatsu… Peu importe comment, se faire masser, on aime tous ça ! Sentir des mains chaudes parcourir son dos, exercer des pressions ça et là, se relever avec l’impression d’avoir été purifié, détendu et pleinement conscient de son corps… Qui pourrait y résister ? Si plus personne ne remet en question l’effet relaxant des massages, peu se demandent pourquoi les massages nous détendent autant : nous, si !

Massage relaxant … Mais pas que !

Le massage est au moins vieux de 6 000 ans et beaucoup l’imaginent aussi vieux que notre espèce. Généralement connu pour ses vertus relaxantes, le massage a mille et unes autres fonctions :

  • Les massages sont curatifs : ils sont utiles contre les raideurs articulaires, les douleurs musculaires chroniques, pour apaiser les maux de têtes, les troubles digestifs, stimuler les défenses immunitaires et la circulation sanguine ;
  • Les massages sont de puissants anxiolytiques : se faire masser fait libérer de la cytosine, de la dopamine, de la sérotonine et de l’endorphine, c’est-à-dire les hormones cérébrales du soulagement et du plaisir. De plus, les massages font diminuer le taux de cortisol, connu pour être l’hormone du stress ;
  • Les massages sont anti-inflammatoires: pour les grands sportifs, la case massage est quasiment obligatoire. L’effet des massages est comparable aux médicaments : en plus de diminuer les inflammations, ils permettent une formation des muscles plus rapides.

Les massages soulagent, assouplissent, apaisent et calment. Concrètement ils augmentent la capacité respiratoire, améliorent la digestion, la circulation sanguine et le système immunitaire ! Avec tant de qualités, pas étonnant qu’on imagine le massage aussi vieux que l’homme !

Autant de types de massage que d’effets positifs !

Cet article n’a pas la prétention de lister tous les massages existants, sinon il s’agirait d’un livre entier ! Voici les massages les plus courants et les plus pratiqués en Europe :

  •  Massage thaï: massage de la totalité du corps mais plus intense au niveau des jambes ;
  • Massage californien: relaxation tant physique que psychique à travers le massage du buste, du ventre et du dos ;
  • Massage shiatsu: variante de l’acuponcture chinoise sans aiguille, le massage japonais a pour but de ramener l’équilibre et de débloquer l’énergie ;
  • Massage suédois: détente musculaire, meilleure circulation sanguine, favorise l’amplitude du mouvement.

Les massages s’adaptent encore à notre rythme de vie. Ils se sont, par exemple, adaptés au milieu professionnel (avec des massages de 15 minutes se réalisant assis) et aux grossesses, avec des massages faits pour les femmes enceintes.
Si vous rêvez d’un massage pour vous détendre et vous changer les idées, n’hésitez pas à consulter des sites web qui proposent des massages de particuliers à particuliers ! Regroupant étudiants en kinésithérapie et masseurs expérimentés, ces sites vous offrent la possibilité de vous faire plaisir à petit prix !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

L’utilisation de l’informatique en Belgique : où en sommes-nous ?

Internet est devenu indispensable ! On en a besoin pour envoyer un message et pour choisir ses cadeaux de Noël, mais aussi pour réserver un vol ou pour créer des entreprises. Se numériser est devenu un objectif concret pour les Etats. La Belgique s’est fixée des objectifs à atteindre pour 2020 : être dans le top 3 européen des économies et sociétés numériques, voir la création de 1 000 start-ups et de 50 000 nouveaux emplois grâce à la révolution numérique. Mais où en est l’informatique en Belgique en 2016 ? On vous répond en se basant sur le baromètre de la société de l’information, un document officiel belge. 

L’informatique au sein des ménages

Informatique de base      

En 2015, plus de 80% des ménages belges disposaient d’Internet et d’un ordinateur. Pour comprendre le niveau de maîtrise des outils informatiques, le gouvernement belge a testé les compétences des individus. Les compétences de base prises en compte sont :

  • L’information (déplacer un fichier par exemple) ;
  • La communication (envoyer ou recevoir un mail) ;
  • La résolution de problème (transférer un fichier sur un appareil) ;
  • L’utilisation de logiciels (ceux de traitement de texte par exemple).

Aujourd’hui, 60 % des belges possèdent ces « compétences de base » et placent la Belgique 3e pays européen qui utilise le plus Internet.

Utilisation des outils informatiques

83,5% des belges utilisent Internet au moins une fois par semaine. Mais pour y faire quoi ? La majorité se connecte sur des réseaux sociaux, regarde des films et écoute de la musique. Mais beaucoup achètent sur Internet : de 2008 à 2015, le pourcentage d’internautes faisant des achats en ligne est passé de 21,3% à 55,2% !
Cependant, certains restent réticents à acheter en ligne et invoquent le coût de transport, les préoccupations liées à la sécurité du paiement (virus), le blocage géographique et … l’amour des magasins !

L’informatique et les entreprises belges

Les TIC (technologies de l’information et de la communication) ont envahi les entreprises ! Internet est devenu nécessaire au boulot, et pour preuve : 99% des entreprises y ont accès.

E-commerce en Belgique

22,3 % du chiffre d’affaire des entreprises établies en Belgique provient du commerce électronique. Les plus grands acheteurs sont sans surprise les jeunes (16-24 ans) au revenu confortable et friands de sites web (80% des entreprises en ont un).

Emploi belge et informatique

On reproche souvent aux machines de nous prendre nos emplois… Et pourtant, elles en créent parfois : en Belgique, il y a 200.000 spécialistes des TIC, soit 4,4% de l’emploi total !

Les spécialistes peuvent être des web developers, des programmeurs, des informaticiens, comme des professeurs. Si vous avez besoin de l’un d’entre eux, qu’il s’agisse d’installer un antivirus, de connecter votre clavier ou de réparer votre écran cassé, vous pouvez facilement en trouver un sur un réseau de particuliers et de professionnels qui met en relation demandeurs et prestataires de services.

Pas de doute, la Belgique digitale est en marche !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Réussir ses examens : une bonne préparation avant tout

Examen, contrôle, test, interrogation… Les synonymes ne manquent pas pour parler de la bête noire des élèves ! Chaque personne a sa façon de travailler mais il existe deux trois généralités qui vous faciliteront la tâche : on vous livre tous nos secrets pour réussir vos examens !

Comment bien préparer ses examens

  1. Récupérer tous les cours complets et trouver un (ou plusieurs) partenaire(s) de travail si vous préférez travailler en groupe ;
  2. Faire un planning de révision qui explique de quand à quand vous lirez vos cours et les synthétiserez ? Et de quand à quand vous les étudierez ? Prévoyez également un temps de « vérification des connaissances » ;
  3. Vérifier ses connaissances :
    1. Si vous êtes seul : créer votre propre test ou trouvez-en un dans vos manuels ou sur Internet ;
    2. Si vous travaillez en groupe : n’hésitez pas à vous tester mutuellement, on apprend mieux dans l’interaction !

Quelques conseils et questions sur le blocus

1. Quel rythme d’étude ?

Sans tomber dans la phobie scolaire, vouloir réussir ses examens est parfois une source de stress immense. Certains choisissent des médicaments contre le stress, d’autres prennent de l’homéopathie… Mais le plus simple pour combattre le stress, c’est de vous y prendre à l’avance et de soigner votre rythme de vie ! Faites attention à bien dormir, à manger sainement, à pratiquer une activité physique et à faire des pauses.

2. Etudier seul ou en groupe ?

Il est primordial de choisir comment vous préférez revoir vos cours : certains sont stimulés par la présence d’autrui tandis que d’autres préfèrent se concentrer seul.

Si votre groupe de travail ne fonctionne pas : n’hésitez pas, arrêtez de travailler en groupe ou changez de groupe !

 3. Comment créer un planning de blocus ?

Le planning de révision est un exercice flou pour beaucoup d’élèves. Avant de faire ce planning, il vous faut :

  • Vos cours complets ;
  • Une estimation du temps dont vous avez besoin pour lire votre cours, le synthétiser et l’étudier.

Une fois muni de ces informations, organisez un planning en fonction de la date de vos examens et du temps que vous avez entre chaque épreuve. Attention : même si vous ne faites pas de révisions quatre mois à l’avance, le planning doit être réalisé bien avant le début du blocus afin de pouvoir bien le programmer.

4. Comment faire des fiches de mes cours ?

  1. J’essaie de structurer mes cours : je mets en évidence un plan.
  2. J’essaie de résumer mon cours dans ce plan et d’être clair dans mes fiches.
  3. J’utilise un code couleur : par exemple pour une fiche d’histoire, on peut mettre les faits en noir, les dates en rouge et les exemples en vert.

Si vous êtes perdu dans une matière ou dans vos révisions, vous pouvez prendre des cours particuliers, de façon ponctuelle ou récurrente. Qu’il s’agisse de cours d’anglais, d’espagnol ou de sciences, cela vous aidera à être confiant et à mieux vous organiser pour les prochains examens !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

L’alimentation d’animaux domestiques : à quoi devez-vous faire attention ?

Croquettes ou repas maison ? Quand il s’agit de la santé de notre boule de poils bien aimée, aucun faux pas n’est autorisé ! L’alimentation des animaux domestiques dépend de nombreux paramètres, entre grands interdits et recommandations incontournables, on vous explique tout !

Croquettes ou repas maison ?

Beaucoup de maîtres se lassent de nourrir leur chien toujours avec les mêmes croquettes Royal Canin. Nos repas varient chaque jour, alors ça nous paraît parfois un peu étrange de donner à manger toujours la même chose à notre animal ! Mais ne vous en faites pas, il existe des alternatives aux croquettes pour les chiens ! Cependant, préparer vous-même le repas de votre animal demande du courage. Car cela nécessite du temps et de l’argent, d’autant plus que les durées de conservation des aliments frais sont nettement inférieures à celles des aliments secs.

Si vous souhaitez nourrir votre chien avec une portion ménagère (c’est à dire la portion pour un repas préparé maison, pour votre animal), vous pouvez composer son assiette d’un tiers de viande, un tiers de céréales et un tiers de légumes. Néanmoins, si votre chien préfère la viande et abandonne le reste, il est préférable de rester aux croquettes ou pâtés pour chiens afin qu’il garde une alimentation équilibré et complet.

Nourrir son chat avec une portion ménagère est aussi possible mais les croquettes et les pâtés pour chats sont recommandés.

Une alimentation adaptée

Qu’il s’agisse du chien, du chat, du lapin ou de la souris, l’alimentation de votre animal dépend de plusieurs facteurs :

  • Son espèce et sa race
  • Son sexe et son statut (stérilisé ou non)
  • Son activité physique
  • Son état de santé (allergies, carences …etc.)
  • Son âge

Connaissez-vous les différentes caractéristiques de votre animal de compagnie ? Si vous voulez, vous pouvez demander à votre vétérinaire. Il vous indiquera tous les détails pour une alimentation au top !

Les aliments interdits et dangereux

Les croquettes bas de gamme sont à bannir et risquent d’entraîner des maladies ou des handicaps (problème de croissance, calculs urinaires…etc.).

Voici la liste d’aliments dangereux pour le chien et le chat :

  • Le chocolat;
  • Les raisins ;
  • L’oignon et l’ail ;
  • L’avocat;
  • L’alcool;
  • Les champignons;
  • Tout ce qui contient de la caféine (thé, café… etc.) ;
  • La pomme de terre crue, le chou et les navets;
  • Les noix ;
  • Les bonbons, chewing-gums ;
  • Le sel;
  • Les os que sa mâchoire risque de casser et avec lesquels il pourrait s’étouffer.

De plus, faites attention à vos médicaments qui ne sont pas adaptés aux animaux.

Vous cherchez une aide compétente pour nourrir votre chat pendant votre absence et s’occuper de vos animaux pendant vos vacances ? Qu’il s’agisse de shampouiner, de chouchouter, de promener ou de jouer avec vos animaux, accédez à un réseau de particuliers prêts à vous aider !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Quelles sont les qualités d’un bon menuisier ?

La menuiserie est un milieu professionnel très exigeant. Le menuisier est un artisan qui travaille principalement le bois, comme un ébéniste ou un charpentier. De l’esquisse jusqu’à la finition de la pièce, le travail de menuisier passe par la création, la fabrication, la rénovation et va jusqu’à l’entretien et l’élaboration des pièces !

Les qualités du menuisier idéal

La menuiserie est un travail physique et intellectuel qui demande de nombreuses qualités ! Si le menuisier travaille en atelier, de nombreuses tâches lui sont attribuées. Si au contraire il travaille pour une entreprise, il sera spécialisé comme menuisier fabricant, agenceur ou poseur.

Résistance physique et mentale

Le travail de menuisier est très physique. Il demande de travailler debout, de soulever de lourdes charges, de se tenir dans des positions inconfortables… Il est important d’être passionné par ce métier pour l’exercer !
Sur le plan mental, le menuisier doit aussi être résistant : s’il sait quand il commence un chantier, il sait rarement quand il le finit !

Précision, attention et habilité

Quelques degrés de moins et votre escalier s’effondre, un centimètre de trop et votre porte ne ferme plus,… Le métier de menuisier demande rigueur et précision : la moindre erreur peut engendrer un énorme gâchis ! L’habilité est aussi de mise, surtout quand vous manipulez des scies capables de découper du bois massif en quelques secondes…

Talent artistique : imagination, créativité et adaptabilité

Puisque le menuisier crée de toute pièce les objets, les meubles ou l’aménagement d’une pièce, l’imagination et la créativité lui sont plus que nécessaires ! Mais le menuisier doit aussi s’adapter aux désirs de ses clients et aux possibilités offertes par leur budget.

Qualités intellectuelles : sens de l’organisation et de la représentation géométrique

Imaginez-vous évaluer la date où votre escalier sera posé avant même de l’avoir dessiné ! Être menuisier demande donc beaucoup d’organisation afin de respecter ses délais. De plus, il demande un vrai sens de la représentation géométrique qui permet au menuisier de projeter ses créations dans une pièce … qui parfois n’existe pas encore !

Les connaissances d’un bon menuisier

Un bon menuisier doit :

  • Savoir lire des plans industriels ;
  • Savoir utiliser des outils informatiques ;
  • Connaître ses matériaux de travail ;
  • Avoir des connaissances techniques dans l’isolation, l’insonorisation, l’étanchéité, la maçonnerie, la serrurerie, l’électricité, l’architecture et les normes de sécurité.

Trouver un menuisier talentueux et doué de ces qualités n’est pas toujours une tâche facile ! Triés et sélectionnés en fonction de l’expérience de ceux qui les ont déjà engagé et de leur sérieux, vous pouvez accéder à un réseau de particuliers spécialisés dans la menuiserie, œuvrant à proximité de chez vous et à petit prix.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Nettoyage de gouttière : en quoi est-ce important ?

Loin des yeux… Loin du cœur ! Les chéneaux ou gouttières ne sont pas toujours facilement accessibles et pourtant, ils demandent un entretien régulier.

Quand nettoyer ses gouttières ?

L’idéal est de nettoyer ses gouttières deux fois par an, à l’automne et au printemps. À l’automne, les feuilles tombent et risquent de boucher vos gouttières, voire même de les abîmer à cause de leur poids ! Le printemps suit l’hiver et ses intempéries, prédatrices de vos chéneaux et de leur bonne santé.

Comment les nettoyer ?

Quelques conseils…

Un bon nettoyage de gouttière requiert quelques précautions et de plusieurs étapes !

Attention à ne pas appuyer votre échelle contre la gouttière et à vous placer loin de toute installation électrique. Il est aussi conseillé d’éloigner de quelques mètres la base de votre échelle du mur pour éviter toute chute en arrière et de la faire dépasser de votre toit afin que vous puissiez aisément accéder à votre gouttière.

  1. Commencez par enlever et jeter tout ce qui peut boucher votre gouttière;
  2. Testez le bon écoulement de l’eau dans vos tuyaux d’évacuation ;
  3. Bouchez vos tuyaux et remplissez-les d’eau : cela vous permettra de vérifier que votre gouttière ne fuit pas;
  4. Vérifiez l’état de la fixation des différents éléments de votre gouttière et leur emboitement.

Et quelques outils :

Il existe un matériel adapté au nettoyage des gouttières vendu en magasin de bricolage. L’usage de gants et d’un jet d’eau est recommandé dans tous les cas.

Certains outils vous permettront de fixer votre échelle ou d’y accrocher un bac pour vos outils et les détritus. Les brosses cylindriques vous permettront de nettoyer l’intérieur de vos chéneaux. D’autres outils spécifiques à cette tâche vous permettront de la réaliser depuis le sol grâce à des rallonges. Certains accessoires existent pour empêcher les déchets d’envahir vos gouttières.

Les conséquences possibles d’un entretien irrégulier

Sans ce nettoyage fréquent, l’humidité et les odeurs peuvent s’installer, l’étanchéité peut diminuer jusqu’à vous forcer à remplacer votre gouttière ou à y effectuer des réparations souvent coûteuses, voire même faire face à des dégradations de votre toiture et de vos murs…

Les chéneaux recueillent les eaux de pluie pour les évacuer. Ils ne doivent donc pas être obstrués, fissurés ou mal raccordés. L’entretien de vos gouttières est aussi l’occasion de vérifier leur état.

Trouvez un pro des gouttières dans votre voisinage !

Qu’il s’agisse de le faire à votre place ou de vous donner un coup de main, il est préférable de faire appel à une tierce personne qui pourra (au moins) tenir votre échelle ! Certains professionnels proposent des services sur mesure puisque c’est vous qui choisissez l’heure, la date, le lieu et le prix du nettoyage en fonction de votre demande. Par exemple, il vous est possible d’accéder à un réseau de particuliers proposant ce type de service dans leur commune et dans leurs environs.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Senior et informatique : des affinités de plus en plus poussées

Des mots écrits en tout petit, en trop petit… Des dizaines d’applications et de fonctionnalités… Des centaines de touches… Des millions de combinaisons… Des milliards d’adresses de messagerie… Si l’informatique est instinctif pour les plus jeunes, c’est souvent une autre paire de manches pour les personnes plus âgés !

L’informatique, un mystère pour les seniors ?

Nombreux pensent les mots seniors et informatique incompatibles. Et pourtant, les tendances d’aujourd’hui tendent à démontrer le contraire : cours d’informatique pour seniors ou pour débutants, interfaces et ordinateurs adaptés aux seniors, site de rencontres spécialisés,… etc. Même un des pionniers d’Internet s’est fait avoir ! Leonard Kleinrock s’est fait surprendre par sa grand-mère : « Je n’aurais jamais imaginé que ma grand-mère de 99 ans passerait son temps sur Internet comme elle l’a fait jusqu’à sa mort ». Les possibilités d’utilisation d’Internet par les seniors se développent à vitesse grand V. On a même donné un nom aux seniors utilisateurs d’Internet : les « silver surfers ».

Réduire la « fracture numérique » (c’est-à-dire l’écart d’utilisation des outils numériques entre les plus jeunes et les plus âgés) est devenu un objectif européen ! Objectif que la Belgique surveille de près : selon le baromètre de la société de l’information de 2016 (publié par le Service Public Fédéral Economie), presque la moitié des 65-74 ans n’avait jamais utilisé Internet en 2013. Trois ans plus tard, ces non-utilisateurs ne représentent plus qu’un tiers de la population entre 65 et 74 ans !

Bien que la fracture numérique se réduise continuellement, l’informatique reste parfois un mystère pour les seniors. Malgré leur volonté de maîtriser ces outils quasiment incontournables, certaines questions subsistent pour les seniors : comment savoir quoi apprendre (sans avoir idée de l’étendue des possibilités qu’offre Internet) et à qui faire confiance ?

Que puis-je apprendre durant un cours d’informatique pour senior ?

Apprendre à se servir d’un ordinateur n’est pas synonyme de tout savoir faire dessus ! La technologie d’aujourd’hui offre un éventail d’actions presque infini. Qu’il s’agisse de la façon d’écrire sur un clavier ou des recherches Internet, l’utilisation de l’informatique par les seniors diffère un peu des tendances des plus jeunes.

Quels sont les principaux points que les seniors 3.0 veulent-ils maîtriser ?

  • Créer une adresse mail et la consulter
  • Regarder la météo et planifier des voyages
  • Utiliser les services publics et bancaires en ligne
  • Lire le journal gratuitement en ligne ou écouter ses musiques préférées
  • Utiliser les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Instagram pour retrouver des amis d’enfance ou communiquer plus facilement avec sa famille
  • S’inscrire sur un site de rencontres
  • Synchroniser ses appareils
  • Imprimer, télécharger les photos de sa famille et les transférer
  • Créer son site ou blog !

De quelques minutes à plusieurs heures, l’apprentissage est long et il est parfois frustrant de voir avec quelle facilité certains apprennent quand d’autres rament pendant des heures. Il est donc très important de choisir quoi apprendre et de trouver un cours d’informatique adapté que l’on soit débutant ou connaisseur.

Trouver un cours d’informatique adapté à son niveau et à ses objectifs

L’offre de cours d’informatique sur Internet est large mais ne permet pas toujours de choisir les objectifs de son apprentissage. Elle fournit peu d’informations sur les professeurs et peut parfois sembler assez restreinte en terme d’horaires et de lieux. Cependant, certaines plateformes web semblent pallier à ces problèmes avec un peu d’innovation et beaucoup de malice, laissant plus libres les amateurs d’informatique !

Par exemple, il est possible d’accéder à des cours d’informatique donnés par des professeurs de métiers ou des passionnés. Le choix du professeur, de la localisation, de la rémunération et de la date du rendez-vous vous appartient et vous être libres de modéliser vos cours en fonction de votre budget et du temps dont vous disposez. De plus, vous pouvez y demander des formations comme des initiations à l’informatique.

Parce que la  fracture numérique se réduit aussi sur ListMinut, à vos souris !

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

5 conseils pour un excellent entretien du linge

Rien de pire que d’abimer un nouveau vêtement lors de son premier passage en machine.  Entretenir ses habits n’est pas une chose facile et les conseils diffèrent d’une personne à l’autre : « Moi, je lave tout à l’envers » ; « une tache de vin ? Mets du sel ! Tu verras ça marche ! » ; … Mais, qui écouter pour ne pas se tromper ? Voici quelques conseils simples et universels pour un bon entretien du linge.

1. Trier le linge

La clé d’un linge en bon état et pour longtemps, c’est le tri.  Différents aspects sont à prendre en compte pour cela, à savoir :

  • Le tissu : chaque matière est différente et mérite un soin particulier. On ne lavera pas une chemise en soie de la même façon qu’un pull en laine.
  • La couleur : trier les couleurs est primordial pour un bon entretien du linge.
  • Le degré de saleté : un vêtement très sale doit être lavé rapidement, par exemple, afin d’éviter que la tache ne sèche trop et imprègne fortement le tissu.
  • La température de lavage : pour cela, un conseil, lisez les labels d’entretiens. Ces étiquettes sont fiables et en respectant les conseils donnés, vous ne risquez rien.
  • Les poches : pensez à vider toutes les poches de vos vêtements. Quelle horreur, d’ouvrir sa machine et de découvrir qu’on a oublié un mouchoir ou pire, un Bic dans un vêtement.  Cette étape, certes redondante, est pourtant indispensable.

2. Utiliser correctement sa machine à laver

Une fois le tri réalisé, vous pouvez commencer à remplir votre machine.  Ici encore, différentes consignes sont à garder en tête pour un bon entretien des vêtements :

  • Remplir votre machine : ne la remplissez pas trop. Si la machine est trop remplie, les vêtements ne savent pas bouger et ne seront donc pas lavés de façon optimale.
  • Sélectionner sa lessive et son dosage : si votre machine est correctement remplie, il est inutile de mettre une grande quantité de lessive.
  • Choisir le programme : ici encore, respectez les instructions des étiquettes, c’est le meilleur conseil.

3. Prendre soin des couleurs

Un pantalon noir qui devient gris, une robe blanche jaunie, un pull rouge qui rose tout le reste de notre lessive… ces situations sont connues de la plupart d’entre nous.  Premièrement, pensez à les trier au mieux, surtout le rouge et le noir. Ces couleurs déteignent plus que les autres et peuvent faire de beaux dégâts sur le reste de vos vêtements. Enfin, pour entretenir vos habits blancs et les garder plus blancs que blanc, ne les faites pas sécher dehors ; en effet, le soleil a tendance à jaunir la fibre petit à petit.

4. Garder des beaux boutons

Vos belles pièces ont un bouton particulier ou une attache fragile ? Alors, pensez à protéger tout ce qui peut casser en machine. Une solution simple et efficace est l’aluminium.  Enveloppez vos boutons, boucles et autres attaches avec de l’aluminium pour éviter que cela se cogne dans la machine et se casse.

5. Repasser

Comment repasser une chemise correctement ? Et ma robe en soie ? Le repassage est rarement la partie la plus appréciée de l’entretien de ses vêtements, pourtant, quelques gestes simples pourront déjà vous faciliter la tâche :

  • Étendre le linge : en le sortant de la machine. Grâce à ça, la plus grosse partie du travail sera déjà faite. Ne laissez surtout pas votre linge sécher en boule : en plus de sentir mauvais, il sera d’autant plus difficile à défroisser !
  • Sécher correctement le linge: il sera plus difficile de repasser un vêtement trop sec par exemple. Si vous utilisez un sèche-linge, sélectionnez le programme adéquat pour le repassage.

Vous cherchez une aide ménagère compétente pour vous aider à repasser votre linge ? N’hésitez pas à introduire votre demande sur notre site et nous vous mettrons en relation avec des prestataires efficaces.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

Bien préparer son déménagement en 6 étapes

Après différentes visites vous avez enfin trouvé la maison ou l’appartement de vos rêves et vous êtes ravi(e) ! Maintenant, place à l’organisation pour que votre déménagement se passe dans les meilleures conditions possibles.  Effectivement, souvent synonyme de tension et de stress, un déménagement bien organisé peut pourtant être rapide, efficace et peu couteux.  Voici une checklist de déménagement en 6 étapes pour vous guider dans ce challenge.

1. Créer votre rétroplanning

Un déménagement réussi et pas cher, commence par une bonne organisation.  Quelques semaines avant de quitter votre appartement pour votre nouveau « chez vous », il est utile de créer un rétroplanning des semaines précédant votre déménagement. Il est important de se donner différentes échéances pour avancer petit à petit et ne pas devoir tout faire en dernière minute.  Les principaux éléments à lister sont : la date du déménagement (pour éviter des coûts supplémentaires, évitez les vacances scolaires ainsi que les weekends), les devis des déménageurs, la sélection des déménageurs, le changement d’adresse,…

2. Contacter des déménageurs ou des amis

Une fois la date du déménagement sélectionnée, la première question à se poser est : avec qui déménager ? Différentes possibilités s’offrent à vous :

  • Contacter des amis : Pas toujours le plus efficace, se faire aider par des amis ou par sa famille reste une alternative économique pour un déménagement. Veillez à sélectionner des personnes motivées et sur qui vous pourrez compter tout au long de la journée.
  • Contacter des habitués du déménagement : Parfois nous cherchons seulement quelques paires de bras pour porter nos caisses, parfois c’est la camionnette ou le camion de déménagement qui manque. Peu importe ce dont vous avez besoin, des déménageurs sont équipés pour vous aider.  Demandez différents devis afin de sélectionner le rapport qualité/prix le plus intéressant pour vous aider lors de votre déménagement.

3. Trier vos affaires

Qui dit déménagement, dit rangement.  En effet, c’est le moment de faire le grand nettoyage dans vos affaires.  Que ce soit dans vos vêtements ou dans vos papiers : triez, jetez, donnez et vendez ce qui ne vous sert plus.  Prenez vous y à temps car, se replonger dans de vieux souvenirs peut être chronophage.

4. Faire un repérage de votre nouveau chez vous

Quelques jours avant de charger le camion, rendez-vous sur place pour repérer les lieux. Regardez attentivement les différents espaces afin que tout rentre facilement le jour même.  En cas de doute, il est encore temps de louer un lift ou de trouver une solution à ce petit contretemps.

5. Remplir  vos cartons de déménagement

Une semaine avant le grand jour, il est temps de commencer les cartons.  Pour cela, soyez méthodique.  Pensez à répartir le poids dans les caisses mais aussi à protéger les objets plus fragiles. Afin de mieux vous y retrouver en déchargeant le camion, utilisez un code couleur sur chaque carton pour le placer directement dans la bonne pièce.

6. L’organisation du jour J

Pour déménager sereinement, planifiez votre journée.  Soyez prêt avant l’arrivée des déménageurs ou de vos amis et chargez le camion de manière réfléchie : d’abord les meubles et les gros appareils électroménagers, ensuite les objets encombrants et enfin les caisses. Une fois sur place, videz le camion en déposant les objets dans la pièce adéquate.  Guidez vos équipes pour ne pas devoir recommencer le travail. Enfin, pensez à prévoir des boissons rafraichissantes et des collations en suffisance pour toute la journée.

Vous cherchez un déménageur compétent pour vous aider lors de votre déménagement ? N’hésitez pas à introduire votre demande sur notre site et nous vous mettrons en relation avec des prestataires efficaces.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch

De quelle couleur peindre une chambre pour des nuits paisibles ?

Votre chambre a besoin d’être rafraichie et vos pinceaux sont prêts, mais il reste la question impossible : quelle est la couleur idéale pour les murs de votre lieu de repos ?

Quelle que soit votre décision définitive, gardez en tête que le choix de la couleur pour votre chambre est une décision qu’il ne faut pas prendre à la légère.  Cette pièce est synonyme de quiétude et de détente. La décoration d’intérieur ainsi que la sélection des couleurs jouent un rôle important dans votre bien-être quotidien. Pour vous aider dans votre dilemme, voici quelques éléments utiles pour éclairer votre réflexion.

Les teintes naturelles

Vous êtes en quête de douceur, de pureté et de calme ? Alors les tons naturels sont faits pour vous.  Ces couleurs auront une influence zen sur votre humeur et peuvent être associées avec quelques meubles ou éléments de décoration aux couleurs plus dynamiques pour égayer la pièce. Pour repeindre votre chambre dans ces tons-là, pensez aux couleurs comme : le sable, l’argile, le beige, le blanc cassé ou encore le gris.

Les couleurs pastel

Ces couleurs sont une valeur sure.  Elles symbolisent la légèreté, mais également l’intimité : duo parfait pour une chambre à coucher.  Si vous utilisez ce type de coloris pour peindre votre chambre, pensez à employer des combinaisons de couleurs ton sur ton : des couleurs du même ton, mais avec plus ou moins  de blanc dans le mélange.  Cela vous permettra d’ajouter des petites nuances à votre intérieur.  Les couleurs pastel idéales pour votre chambre sont : le rose, le vert ou le bleu.

Les couleurs vives

Ces teintes sont moins habituelles pour décorer une chambre à coucher.  Mais certaines personnes en ont besoin pour recharger leurs batteries et commencer la journée de manière énergique. Pour un bon équilibre entre douceur et dynamisme, peignez un mur avec une couleur vive (idéalement celui qui se trouve derrière votre tête quand vous êtes couchés) et les autres dans un coloris plus doux.

Les couleurs apaisantes

Enfin, la couleur idéale pour un sommeil profond et une sérénité à toute épreuve est l’indémodable bleu.  Cette couleur froide transmet une ambiance paisible et tranquille. Différentes nuances de bleu peuvent être imaginées et toutes invitent au relâchement et à la détente :

  • Le bleu gris qui sera plus propice à la décontraction ;
  • Le bleu marine qui favorise l’intimité ;
  • Le bleu ciel, plus original, mais également plus lumineux.

Maintenant que votre choix est fait, vous cherchez le peintre parfait pour s’occuper de votre cocon ? En choisissant un peintre sur ListMinut, vous découvrez directement les évaluations et avis reçus par nos candidats pour leurs précédentes prestations.

Introduisez votre demande sur notre site et choisissez le prestataire qui vous convient parmi notre sélection.

Christophe Kalbfleisch

Christophe Kalbfleisch